Mon compte Je m'abonne
logo Fiches pratiques

Courbe isochrone : définition et fonctionnement

L'étude de la zone de chalandise est un élément clé de la réussite d'un projet. Pour ce faire, la réalisation d'une courbe isochrone est nécessaire. Les détails !]

  • Imprimer

Crée le 6 oct. 2021

Qu'est-ce qu'une courbe isochrone ?
© takasu
Qu'est-ce qu'une courbe isochrone ?

Une courbe isochrone, c'est quoi ?

Les courbes isochrones sont indispensables pour la représentation de la zone de chalandise. À noter qu'une zone de chalandise désigne un point géographique où les clients potentiels d'un commerce sont situés.

Qu'est-ce qu'une courbe isochrone ?

À distinguer d'une droite isochrone, une courbe isochrone désigne une courbe qui délimite ou partage la zone de chalandise d'un point de vente pour un temps de trajet maximum donné. Chaque point d'une courbe désigne un temps de déplacement donné lorsqu'une zone de chalandise est découpée par des courbes isochrones.

Dessinée autour d'un point de vente sur une carte, cette courbe permet d'évaluer en partie la surface de la zone de chalandise ainsi que la clientèle potentielle.

À noter qu'une zone de chalandise peut comporter plusieurs courbes isochrones qui représentent différentes durées pour se rendre au même point de vente. Par ailleurs, les surfaces délimitées par des courbes isochrones sont représentées sur une carte isochrone.

Pourquoi choisir une courbe isochrone pour sa zone de chalandise ?

L'utilisation de courbes isochrones par rapport aux courbes isométriques est conseillée pour l'analyse des zones de chalandise. En effet, le consommateur accorde beaucoup plus d'importance au temps de déplacement par rapport à la distance.

À différencier de la courbe isométrique, la courbe isochrone permet de délimiter une zone de chalandise selon la distance nécessaire qui sépare le point de vente des clients potentiels. En effet, les courbes isométriques ne considèrent que la distance géométrique.

En pratique, elle n'est jamais concentrique et doit considérer :

  • l'influence des flux ;
  • l'influence des voies d'accès sur le temps de déplacement nécessaire pour rejoindre le point de vente et l'endroit où les clients se situent.

Qu'est-ce qu'une zone de chalandise isochrone ?

Basée sur le temps de trajet, la zone de chalandise isochrone rassemble plusieurs courbes géométriques qui couvrent la zone accessible en un temps de déplacement donné.

Comment définir une zone isochrone ?

Voici les éléments à décider afin de définir une zone isochrone :

  • Le moyen de transport commun aux clients d'un point de vente.
  • La durée pendant laquelle les clients se rendent de leur domicile au point de vente et le temps qui va les faire changer d'avis puisque le point de vente est trop loin.

Quelles sont les trois zones isochrones ?

Une zone chalandise isochrone comprend trois zones, de la plus petite à la plus grande.

  • La zone primaire : c'est la plus proche du point de vente.
  • La zone secondaire : elle correspond au temps que la moitié des personnes interrogées accepterait.
  • La zone tertiaire : elle est limitée par le nombre maximum de minutes que les chalands accepteraient de parcourir pour se rendre au point de vente.

Comment créer une courbe isochrone ?

Le calcul des zones isochrones requiert une infrastructure importante de données vectorielles routières ainsi qu'une bonne connaissance des réseaux. Toutefois, cela est devenu possible grâce au développement de la cartographie Open Street Map.

Utiliser un compte Google Docs

Avec la liste des adresses des clients du point de vente dans un tableur, il est facile de créer une zone de chalandise avec Google Docs.

Utiliser des outils adaptés

De plus en plus de logiciels en ligne tels qu'Oalley permettent de créer rapidement des courbes isochrones.